mardi 27 juillet 2010

Cyrille Fleischmann

"Dans la torpeur de l'été", peut être cette disparition sera-t-elle passée inaperçue...
Cyrille Fleichmann a quitté le monde des écrivains le 15 juillet dernier, et celui des lettres sur Cour auquelles il avait participé il y a quelques annèes.
voir article ci-joint
Mais ses bouquins demeurent, si vous ne les connaissez pas précipitez vous, c'est un régal d'humour et de finesse sur le petit monde juif du Marais.

(par Dominique MAROZEAU)

voir ici


-----
Josyane Savigneau

De sa naissance à Paris, en février 1941, Cyrille Fleischman, mort à Paris, le 15 juillet, disait seulement que ce n'était pas une période très faste pour un petit garçon juif. Devenu avocat, il a commencé à écrire assez tard, publiant son premier recueil de nouvelles, L'Attraction du bal (Gallimard), en 1987. Mais c'est à partir de 1992 avec ses Rendez-vous au métro Saint-Paul (éd. Le Dilettante) qu'il est remarqué comme un nouvelliste très singulier. Quelque douze recueils ont suivi.

Lire Fleischman, c'est le bonheur de découvrir, en français, des histoires qui sont pensées et vécues en yiddish. Ce sont de petits bijoux pour les amateurs de nostalgie, les amoureux d'un Paris disparu, où, du côté de l'Hôtel de ville et du métro Saint-Paul, on plaisantait en yiddish tout en enjoignant aux nouveaux arrivants de s'exprimer "en français ! avec si possible des phrases simplement magnifiques". L'humour de Cyrille Fleischman, "dernier praticien infaillible des lumières de la vie en yiddish" (comme il le dit à propos d'un de ses personnages), est un enchantement.
Son père, Heymann Fleischman, devenu Armand Fleischman, né à Paris, dans le Marais, en 1886, était le fondateur d'un oratoire rue des Ecouffes. Dans cette petite synagogue, le jeune Cyrille a passé une partie de son enfance et de son adolescence. Quant à sa mère, d'origine polonaise, elle avait une boutique de papier peint près du métro Saint-Paul. C'est ainsi, entre ses deux parents, que Cyrille Fleischman a amassé toute la matière de ses récits. De recueil en recueil, toujours avec le même sens de la dérision et le même art des atmosphères, il a été l'arpenteur inlassable de ce quartier de Paris et le conteur du petit peuple juif du Marais de l'entre-deux-guerres et après la deuxième guerre mondiale, avec ceux qui avaient survécu.
Dans le même décor, avec des personnages qui se ressemblent, Cyrille Fleischman a su ne jamais se répéter comme le prouve son excellent recueil de 2007, Riverains rêveurs du métro Bastille (éd. Le Dilettante). Les conflits minuscules, la vie souterraine des familles et du quartier, tout ce qu'il a toujours excellé à faire revivre, est présent. Mais, cette fois, il a ajouté une dimension onirique et un peu de fantastique, faisant apparaître Balzac, qui donne un conseil de voisinage, et Gershwin, sorti du piano dans lequel on joue l'une de ses oeuvres. Il reste à espérer qu'un éditeur ait la bonne idée de réunir plusieurs recueils en un seul volume, comme un guide précis et comique à la fois, pour une balade dans un quartier perdu.


3 février 1941
Naissance à Paris
1987
Premier recueil de nouvelles, "L'Attraction du bal" (Gallimard)
1992
"Rendez-vous au métro Saint-Paul" (éd. Le Dilettante)
15 juillet 2010
Mort à Paris

1 commentaire:

Kraxpelax a dit…

Sur le pont d'Avignon. Le coup frappa l'enfant à la machoire. Il resta debout. Sourirant. Le tirailleur: rien. Le fusil: aucun. Et il y avait cette aube et ce soir pleins d'expectations les plus brillantes.

S'il vous plait...

Poétudes

( ORDGALLER )

- Peter Ingestad, Sverige